Accueil » Évènements » Dimanche 30 juillet – BM au Havre – annulée

Dimanche 30 juillet – BM au Havre – annulée

Date / Heure
Date(s) - 30/07/2017
9 h 45 min - 15 h 00 min

Détails de la plongée :

Epave prévue : TOKOMARU, + de 20M
Ouvert pour les plongeurs de niveau : N2+ selon encadrement / extérieur N3, N2 si encadrement CPTSM disponibles  ( N2 club prioritaires )
Basse Mer : 11h07
Coef : 61

Organisation :
Chercher les blocs au local bouteilles : samedi 29 juillet 19h30
Rendez-vous :  09h45 – terre plein de la jetée, boulevard Clémenceau, parking Total, ponton SNSM
Départ de navigation : 10h30
Mise à l’eau : 11h30

Prix de la plongée : 26 €

DP  JEAN LUC

  • JEROEN
  • XAVIER  N3
  • EMMANUEL  N3
  • CEDRIC  N2

à défaut de le voir dimanche, voici son hsitoire….

LE TOKOMARU

C’est un cargo qui s’apprêtait à livrer du ravitaillement au Havre. Il a était coulé par un sous-marin U.20 de la marine allemande le 30 janvier 1915.C’était un bateau à un vapeur anglais construit en 1893 sous le nom de Westmeath par les chantiers Swan et Huster de Newcastle. Il s’agissait d’un navire d’environ 140 m de long, 17 m de large et 8 m de creux. Sa machine à triple expansion construit par Wallsen Slipway and Co animait une énorme hélice quadripales d’un diamètre de 6,60 mètres.

Dès 1894, il est racheté, et navigue sous son nouveau nom de Tokomaru… (du nom de la célèbre baie maori située sur la côte Est de la Nouvelle-Zélande). Désormais, le navire vogue pour le compte de la compagnie maritime Shaw Sawil and Albion Cie installée à Southampton (Angleterre) qui le destine à sa ligne avec le pacifique.

Le 9 décembre 1914, le navire quitte le port de Wellington. Il fait ensuite escale à Montevidéo puis Ténérife puis poursuit sa route à destination de l’Europe. Le 30 janvier, le Tokomaru se présente en rade du Havre. A son bord, le capitaine Green qui est chargé de convoyer vers Le Havre une cargaison composée de 97000 quartiers de bœufs frigorifiés représentant une cargaison de 700 tonnes. Le navire transporte également dans ses cales des vêtements et des présents pour les réfugiés belges (Sainte-Adresse est alors la capitale du gouvernement belge en exil).

A neuf heures du matin, le cargo approche des côtes du Havre. Le capitaine Green donne l’ordre de réduire la vitesse, le cargo navigue lentement. Il est à sept milles de La Hève lorsque l’homme de service interpelle le capitaine. Il vient d’apercevoir un périscope sur bâbord. Il s’agit du U.20 allemand commandé par le Capitaine Walter Schweiger. L’équipage n’a pas le temps de réagir, une énorme explosion endommage le milieu bâbord du navire. La gerbe d’eau provoquée par l’explosion de la torpille s’élève à plus de 20 mètres de hauteur.

LE NAVIRE COULE EN DIX MINUTES .Le Tokomaru est touché à mort. Aussitôt, il donne de la « bande sur bâbord » alors qu’il s’enfonce par l’avant. Le capitaine n’a que le temps d’évacuer ses cinquante sept hommes d’équipage qui prennent place à bord de trois baleinières. Quelques objets et valises d’effets personnels sont emportés à la hâte. Le capitaine se précipite dans sa cabine pour y prendre les papiers du bord. Cette dernière est presque entièrement remplie d’eau. Dix minutes après la déflagration le bateau pique du nez et s’enfonce verticalement. Heureusement, le Tokomaru n’est pas seul sur zone. Il y a notamment deux chalutiers qui effectuent des missions de surveillance et qui ont pour objectifs de tendre des filets contre les sous-marins. Voyant l’explosion, les deux navires se portent au secours de l’équipage. A peine rejoint, les hommes du Tokomaru embarquent sur le Semper, un chalutier boulonnais qui les ramène sains et saufs au Havre vers 14 h 30. Dans le même temps, les torpilleurs Claymore, Fleuret, Stylet et Fanion arrivent également sur zone. Ils découvrent de nombreux débris flottants, mais aucune trace du sous-marin ennemi ! Par contre, les Abeilles V et XII partis au secours du Tokomaru aperçoivent à nouveau le périscope du U.20, au moment où il torpille un autre navire, l’Ikaria, qui est touché. Les Abeilles tentent bien d’éperonner le sous-marin, mais leur lutte restera vaine. L’Ikaria, sévèrement atteint, est pris en remorque afin d’y être ramené au Le Havre, où il coulera… dans l’avant-port !

Le U.20, quant à lui, continuera sa sinistre carrière et entrera dans l’histoire le 7 Mai 1915. Une attaque sans aucune sommation,au large de Old Head Kinsale, enverra le Lusitania vers le fonds. Le navire coulera en moins de 18 minutes et fera 1198 victimes innocentes. Le commandement du sous-marin, le tristement célèbre Walter Schwieger sera décoré de la Croix de fer pour son exploit. (Lire à ce sujet le formidable livre de Bob Ballard).Le U.20, quant à lui, finira peu glorieusement échoué sur un haut fonds des bancs de Flandres en Octobre 1916. Schwieger ne pouvant le faire se déséchouer, détruira son bâtiment en le minant. Les débris du sous-marin resteront ainsi. Abandonné et rouillé, le sous-marin offrira un piètre spectacle aux promeneurs. En 1925, les autorités danoises le feront exploser de nouveau. Les tôles restantes, éparpillées dans 5 mètres d’eau, font maintenant la joie des plongeurs de Vielby.

Le U.20 aura coulé une vingtaine de navires au cours de sa brève carrière. Le commandant de l’U.20 sera inscrit sur la liste des criminels de guerre pour le torpillage, sans avertissement, du Tokomaru et de l’Ikaria.

A PROPOS DU TOKOMARU

DES CHIFFRES ET DES LETTRES

Type de navire Cargo à vapeur

Pays de construction Ecosse

par les chantiers

Swan et Huster de Newcastle

Année de construction 1893

Longueur 139,44 m

Largeur 17,45 m

Date du naufrage 30 janvier 1915

Gauge 6184 tonnes

Cause du naufrage Attaque par un sous-marin allemand

Cargaison principale Denrées alimentaires/Viande

Lieu du naufrage Le Havre

Provenance Wellington/Montévideo/Ténérife

Profondeur de l’épave -35 mètres environ

LA PLONGEE

Aujourd’hui, l’immense épave repose, par -35m (à marée basse) et environ -40m à marée haute, à 7,12 milles de la plage du port pétrolier d’Antifer sur un fond de sable

L’épave gît en deux morceaux. La proue du navire est cassée juste avant la cale n°1 et sa membrure apparente grouille d’énormes bars. Le navire pointe vers le ciel et sa position corrobore la description faite par l’équipage lors du naufrage.

Quelques mètres séparent une seconde partie d’épave. Devant la première cale on peut apercevoir d‘énormes quantités d’ossements de bœufs confirmant ainsi, de façon certaine, l’identité de l’épave. Cette partie du navire est inclinée sur bâbord, le château central, quant à lui, s’est écroulé et n’existe plus. L’importante cheminée a également disparue. Une chaudière est sortie de son logement et a roulée sur le coté. La machine repose fortement incliné dans un équilibre précaire. En se dirigeant vers l’arrière, juste avant avant d’arriver à la poupe, se présente une grande cale très ouverte.

La proue est comme vrillée et une partie de l’immense étambot est à terre. Le moment magique de cette plongée est sans conteste la vue de l’hélice. C’est un grand moment que de s’asseoir sur le fonds et contempler la vue saisissante de ses énormes pales.

Attention, cette épave très large (environ 19 m),vous fera perdre rapidement vos repères. Il est vivement conseillé d’être extrêmement vigilant et nous insistons sur l’importance de bien repérer la ligne de mouillage.

Le Tokomaru ne se dévoile qu’après plusieurs plongées et ce centenaire, en bon état général, est incontestablement une des très belle plongée de la Côte d’Albâtre. Ce récit vient de la du G.R.I.E.M.E

Supplement plongeur club partenariat :
Autonome +0€
A encadrer +5€
Bouteille +5€

Supplement plongeur non-membre :
Autonome +7€
A encadrer +12€
Bouteille +5€

Les réservations en ligne ne sont pas disponibles pour cette plongée.

By | 2017-07-28T19:13:08+00:00 juillet 30th, 2017|0 Comments

Poster un Commentaire

Please Login to comment